Frédéric Berne, le vigneron qui méritait 50 000 euros


Décembre 2016 par Alexandre Abellan


Un bac pro viti-oeno en poche, Frédéric Berne est animé par une vision entrepreneuriale dynamique du métier de vigneron.


« Favoriser l'installation durable de jeunes vignerons, porteurs de projets solides et ambitieux sur des zones viticoles à fort potentiel qualitatif » : telle est la louable vocation du Concours Vignerons et Terroirs d’Avenir, organisé par l’école de Montpellier SupAgro et le groupe AdVini.



Pour son premier lauréat, Frédéric Berne, la compétition s’est résumée à une question bien plus pragmatique : « demain, on vous donne 50 000 euros, qu’allez-vous en faire ? »



Pyramide et dynamisme


Ayant repris en 2013 le château des Vergers dans le Beaujolais (6,5 hectares en bio), l’ambition et la sérénité du néovigneron ont su convaincre le jury. Un exploit alors qu’il est parti de zéro, n’étant pas issu d’une famille vigneronne. Et ayant fait le choix d’une installation dans un terroir peu reconnu : l’appellation Beaujolais Village. « Dans l’esprit des gens, c’est une AOC régionale peu qualitative. Et des vignerons disparaissent, parce qu’ils n’arrivent pas à trouver des marchés rémunérateurs » regrette Frédéric Berne.
Pour faire monter la reconnaissance de son terroir, le vigneron met à profit la cartographie de l’interprofession pour démontrer la qualité des sols qu’il retrouve avec gourmandise dans ses vins. « Il faut communiquer sur notre travail et expliquer nos vins. C’est apporter du dynamisme et de la reconnaissance à notre région » s’enthousiasme Frédéric Berne.

Sans cacher qu’il tire au passage son épingle du jeu en valorisant son domaine.



Plantation et formation



Cette approche a sans doute joué dans sa victoire au Concours Vignerons et Terroirs d’Avenir. Il a depuis utilisé l’enveloppe pour acheter des terres et restructurer des vignes. Un coup de pouce financier qui est complété par une formation de sept jours avec un professionnel du groupe AdVini. Pour son premier jour, il a sollicité Jean-Pierre Durand, le directeur du marketing et de la communication du groupe. Celui-ci a passé en revue sa stratégie de communication, et surtout sa cohérence tarifaire. Le prochain rendez-vous de formation de Frédéric Berne devrait être dédié à la gestion d’entreprise, afin de soutenir ses investissements fonciers.

 

 

 

Décryptage : Le commerce de vin en ligne en 2016