Une bouteille de vin sur dix consommée en France

Par Alexandre Abellan / Mai 2017

Les cinq premiers marchés représentent quasiment la moitié de la consommation mondiale - crédit photo : OIV

 

En baisse depuis des années, la consommation française de vin reste non seulement culturelle, mais conséquente.


Avec 27 millions d’hectolitres dégustés en 2016, la France est le deuxième pays consommateur au monde selon les derniers chiffres de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin (OIV*). Pesant pour 11 % de la consommation mondiale, la France est de plus en plus distancée par les États-Unis (13 % des volumes internationaux, avec 31,1 millions hl). Mais l’Hexagone se maintient face à l’Italie (9 %, avec 20,5 millions hl), l’Allemagne (8 % avec 19,6 millions hl) et la Chine (7 % avec 16,2 millions hl).


11,9 litres de vins consommés aux USA


S’élevant à 242 millions hl l’an passé, la consommation mondiale de vin est concentrée dans une poignée de pays. Les cinq premiers marchés précités en représentent quasiment la moitié. Si ces ordres de grandeur permettent de répartir les masses de vins consommés dans le monde, elles sont à pondérer par les volumes effectivement dégustés par habitant. En divisant cette consommation totale par la population âgée de plus de 15 ans, les cartes sont nettement rebattues.
Le marché américain tombe à la seizième place, avec 11,9 litres de vins consommés par habitant en 2016. Ce qui témoigne de la faible pénétration du vin dans les mœurs américaines (ainsi que de son potentiel de développement).

Marché traditionnel reposant sur une consommation historique, la France arrive à la deuxième place, avec 51,8 l/hab. Également mature, le Portugal arrive en première position, avec 54 l/hab. Si les consommateurs portugais et français se suivent de près, ceux italiens (41,5 l/hab), suédois (41 l/hab) et suisses (40,3 l/hab) se talonnent également, loin devant leurs suiveurs belges (31,6 l/hab), argentins (31,6 l/hab), allemands (29,3 l/hab)… Quand la consommation chinoise est en moyenne de 1,4 l/hab.


* : L’OIV est parfois surnommée l’ONU du vin, même si les États-Unis et de nombreux autres pays producteurs en sont ostensiblement absents."


Le « storytelling », ou l'art de raconter une histoire...

Les spécialistes du marketing du vin sont unanimes sur ce point. Pour vendre son produit, le vigneron doit désormais connaître et utiliser le concept du « storytelling ».


Décryptage : Le commerce de vin en ligne en 2016

Jean-Philippe Perrouty, directeur du cabinet d'études Wine Intelligence, decrypte pour Comment vendre mon vin le commerce de vin en ligne pour l'année 2016.



Inscrivez-vous à notre Newsletter