Tutiac flaire le créneau hors des codes de bordeaux

Par Marion Sepeau Ivaldi / Juin 2017

Il s’appelle Lascar et a deux ans : c'est la nouvelle égérie des Vignerons de Tutiac pour le lancement de leur marque Flair. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi

 

Après le Carrelet d’Estuaire lancé pour la grande-distribution il y a un an, les Vignerons de Tutiac lancent une nouvelle gamme à destination des cavistes. Son nom : Flair.


Il s’appelle Lascar et a deux ans. Ce bouledogue, propriété d’un apporteur des Vignerons de Tutiac, a joué les modèles pour la réalisation de l’étiquette de Flair, la nouvelle gamme lancée par la coopérative. Jugé sur son tabouret, le molosse n’a pas bronché à sa soudaine notoriété. Même lorsqu’il a déclenché un jet de flashs lors de son arrivée sur le stand de la coopérative sur Vinexpo. « Nous avons pensé au bouledogue car c’est la race qui gardait les entrepôts à la fin du 19ème siècle. Cela a donc du sens » explique Patrice Bodin, directeur commercial France des Vignerons de Tutiac. Cette race apparaît également dans une publicité pour la Mini où on le voit en compagnie de son propriétaire, un jeune urbain. Or c’est justement la cible que souhaite toucher Tutiac avec flair. « Des jeunes urbains entre 25 et 40 ans qui consomment le vin à l’apéritif » précise Patrice Bodin. Développée dans les trois couleurs, Flair est commercialisée depuis mars auprès des cavistes, positionnée à un PVC entre 8 et 10 euros. 70 000 cols sont disponibles pour ce lancement. « Ce sont des vins que l’on conseille de servir frais. Même le rouge qui a une sucrosité assez élevée pour l’appellation » ajoute Patrice Bodin.


Changer de cible

La gamme est lancée pour être le pendant du circuit traditionnel au Carrelet d'Estuaire, un Bordeaux rosé commercialisé depuis l’an dernier. « La restauration, mise à part celle dans la zone de proximité immédiate de la cave, n’a pas voulu référencer cette marque » souligne Patrice Bodin. Mais en linéaire, elle connaît un beau succès pour sa première année de commercialisation. 200 000 cols ont été écoulés dans les linéaires à un PVC de 4 euros environ. Une reconnaissance pour un Bordeaux qui vise des consommateurs de rosé avant tout. « Cette AOC est un peu vieillissante avec une clientèle âgée. Avec Carrelet d’Estuaire, nous visons les consommateurs de rosé et pas ceux de Bordeaux rosé. Et nous nous battons dans un univers concurrentiel dans lequel nous devons prouver que nous pouvons exister ».

Se démarquer grâce à un parcours de découverte oenotouristique ludique


Le « storytelling », ou l'art de raconter une histoire...

Les spécialistes du marketing du vin sont unanimes sur ce point. Pour vendre son produit, le vigneron doit désormais connaître et utiliser le concept du « storytelling ».


Décryptage : Le commerce de vin en ligne en 2016

Jean-Philippe Perrouty, directeur du cabinet d'études Wine Intelligence, decrypte pour Comment vendre mon vin le commerce de vin en ligne pour l'année 2016.


Inscrivez-vous à notre Newsletter